Une économie
au service
de l’humain,

et pas
le contraire.

L’économie sociale, c’est la promesse d’un avenir plus juste et durable. Alternative concrète aux dérives du capitalisme, elle montre qu’une autre économie est possible.

L’économie sociale, ce sont des milliers d’entreprises qui partagent chaque jour des valeurs (démocratie, coopération, solidarité, …) pour construire une société plus cohérente, juste et durable.

Leur but est avant tout d’être utiles à la société, pas de faire du profit à n’importe quel prix. Si elles font du bénef, elles le réinjectent dans l’activité pour avoir plus d’impact. La rémunération et le pouvoir de décision des actionnaires est volontairement limité. C’est la voix du collectif qui décide, pas l’argent.

En savoir encore +

F*** la
concurrence.
Place à la
coopération.

Dans l’économie sociale, les entreprises travaillent ensemble plutôt que les unes contre les autres. C’est plus créatif, plus constructif, et plus durable.

Les plus expérimentés aident les nouveaux arrivants en leur transmettant leur savoir-faire. C’est le cas par exemple des supermarchés coopératifs, qui reposent sur un modèle initialement développé aux Etats-Unis, avant d’être implanté en France, et puis en Belgique. Un partage en toute transparence qui favorise et accélère le développement du modèle.

Découvrez les acteurs de l'Économie Sociale :

Voir l'annuaire

Oui,
on peut
consommer
sans
flinguer
son éthique.

Dans l’économie sociale, on ne cherche pas à presser les employés comme des citrons pour augmenter leur productivité. On ne flingue pas non plus les ressources naturelles pour faire du profit à n’importe quel prix.

Le but est avant tout de créer des emplois locaux, qui font sens, et d’offrir des produits et services de qualité, utiles et durables. On s’oppose à la surconsommation et à l’obsolescence programmée.

Découvrez l'actualité des entreprises de l'Économie Sociale :

Voir le mag

Le bénef,
oui, mais
au bénef
de tous.

Comme tout entreprise, l’entreprise sociale se veut rentable. Les bénéfices servent à renforcer l’activité, dans le but d’augmenter l’impact positif sur la société. La part de bénéfices reversés aux actionnaires est volontairement limitée.

Les bénéfices servent plusieurs objectifs : meilleures conditions de travail pour les employés, meilleure rémunération des fournisseurs, achat de matériel plus durable, extension des services sur un nouveau territoire, constitution de réserves financières pour faire face aux périodes de crise, etc.

Découvrez les acteurs de l'Économie Sociale :

Voir l'annuaire

Et si on essayait
autre chose ?
Une entreprise
solidaire, au
service de
l’humain, et
pas le contraire.

Dans l’économie sociale, le plus important, c’est d’être utile à la société. De créer des emplois locaux et durables, qui font sens. De faire en sorte que tout le monde s’y retrouve, quel que soit son parcours.

On vient en aide à des publics fragilisés (sans-abrisme, lutte contre la pauvreté, etc.) et on permet à des personnes éloignées de l’emploi (chômeurs longue durée, personnes porteuses d’un handicap, etc.) de (re)trouver un rôle dans l’économie, en leur donnant un travail ou en les formant à un nouveau métier.

Découvrez l'actualité des entreprises de l'Économie Sociale :

Voir le mag

Oui, la
démocratie
au boulot,
ça existe.

Dans l’économie sociale, c’est la voix du collectif qui décide.

Chaque participant a droit à une voix, quel que soit le nombre de parts qu’il détient. C’est le principe d’une personne, une voix. Les décisions stratégiques de l’entreprise sont prises collectivement au sein de l’assemblée générale, qui se réunit une à plusieurs fois par an. Le pouvoir de décision n’est pas proportionnel au montant détenu dans le capital de l’entreprise.

Découvrez les acteurs de l'Économie Sociale :

Voir l'annuaire

Notre futur,
justement.

En Belgique, l’économie sociale, c’est 1 emploi sur 8, dans quasiment tous les secteurs d’activités.

L’économie sociale, ça remonte à la fin du 19e siècle, moment où les ouvriers ont coopéré pour se protéger contre la précarité provoquée par la révolution industrielle.

Depuis, l’«ES » n’a cessé de grandir pour représenter aujourd’hui 1 emploi sur 8 en Belgique. Avec 18000 entreprises employeuses, elle est active dans quasiment tous les secteurs d’activités (santé, alimentation, culture, seconde main, formation, …), sous forme d’ASBL, de coopératives et entreprises sociales, de fondations et de mutuelles.

En savoir encore +

En pratique,

comment devenir acteur et actrice de l’économie sociale ?

Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur YouTube Suivez-nous sur Instagram